• « La Permaculture » ou « Se cultiver autrement et en permanence ».

    Le stage à la papa, c’est fini ! Un groupe de 12, en U, avec un formateur qui blablate devant son diaporama, ça n’intéresse plus personnes.

    Comment se déformer pour se reformer autrement ?

    1) Passer aux grands groupes

    Première chose à faire, changer de braquet. Passer d’un groupe de 8 / 12 personnes à 30, 40 et pourquoi pas 100 et plus. La grande taille crée l’événement ! Cela ouvre des opportunités nouvelles. On peut changer la géométrie du groupe tout au long de la journée : travailler en binôme ou trinôme, en atelier de 6 / 8, en buzz session ou en plénière.

    On multiplie ainsi les échanges entre participants. Là où on avait, un formateur et des stagiaires aux profils impérativement homogènes, on peut avoir des groupes avec différents profils : débutants, intermédiaires ou expérimentés. Côté formateur, on peut avoir également, un Monsieur Loyal, des experts, des animateurs de sous-groupe…

    2) Casser le « U » et abolir l’amphithéâtre

    On peut ensuite changer la disposition de l’espace de formation. L’organisation généralement en dit long sur la posture pédagogique adoptée par le formateur. L’amphithéâtre soporifique est démotivant au possible et le « U » classique concentre les échanges sur le formateur. Le formateur voit tout et distribue la parole. Pour favoriser les échanges intra groupe, une disposition en salle de café concert (tables de 4 à 6 personnes) est à privilégier pour les grands groupes. Les murs de la salle peuvent également servir de tableaux d’affichage. Des « mange-debout » et des canapés ou pouf peuvent également permettre de casser les codes pédagogiques et d’alterner les façons de communiquer.

    3) Digitaliser les échanges

    Aujourd’hui, le digital ne se limite pas au E-Learning il fait partie intégrante du présentiel. Il permet à chaque participant de communiquer en direct avec ses collègues. Il existe une multitude d’outils pour cela : Klaxoon, Magency, Kahoot… Ils permettent de voter, de répondre à des quiz, de chater, de participer à des brainstorming digitaux…

    Ces outils digitaux donnent une autre dimension au présentiel. Ils multiplient les échanges et les communications intra groupe, donnant des occasions de participation autrefois inimaginables pour des grands groupes.

    4) Créer une dynamique de pédagogie inversée

    Ré-inventer le présentiel, c’est enfin et surtout changer radicalement de pédagogie en passant à une pédagogie inversée.

    Qu’est-ce que la pédagogie inversée ? C’est comme son nom l’indique inverser les temps d’apprentissage. Dans la pédagogie classique, on apprend en salle de formation et on teste, on pratique, on applique de retour au travail. Avec la pédagogie inversée, on apprend la théorie avant de venir via du Digital Learning et on échange, on teste, on pratique pendant les journées présentielles. Le présentiel devient alors beaucoup plus vivant et attractif. Cela n’a plus rien à voir avec l’écoute quasi religieuse d’un formateur-sachant. Les participants vont ainsi vivre un moment fort, un moment enthousiasmant. Ils s’en souviendront. Ils retiendront peut-être mieux aussi !

    La Pédagogie inversée, qu’est ce que c’est ?

    Principe pédagogique qui consiste à amener les apprenants à apprendre la théorie à distance (via E-Learning ou classe virtuelle) avant de venir en formation ou en classe en vue de partager et approfondir les connaissances ainsi acquises en groupe. Le temps de présentiel utilise alors des techniques actives de type : atelier de co-développement, résolution de problèmes en commun, simulations et jeux de rôles, etc.
    On parle de “classe inversée“, car l’approche tirée de l’éducation, inverse la chronologie classique (cours théorique en classe suivi des devoirs et exercices à la maison -> Apports à distance suivi de mise en pratique et d’approfondissement en groupe en formation).